Communiqué des co-présidents

Le club sanctionné par la Commission Fédérale d'Organisation des Championnats (COC).

     Les Nationales ne sont plus deuxièmes à un point du leader PLAN DE CUQUES, mais 4émes ou 5émes à  4 points des sudistes. La faute à une licence B en trop sur la feuille de match de la rencontre LE POUZIN-ANTIBES JUAN LES PINS et la victoire durement acquise 26-23 en ce 24 octobre se transforme en défaite avec 0 point au classement, 0-20 au score et 100€ d’amende. Erreur administrative fatale qui coûte cher sur le plan purement sportif, qui aurait pu et dû être évitée par ceux qui connaissent les textes réglementaires sur le nombre de licences B et étrangères autorisé, mais qui malheureusement ne l’a pas été. Jacques MEGE, co-président, avoue ne pas avoir « percuté », alors qu’il connait le règlement et procède régulièrement à la présentation de l’équipe au micro. Il prend donc sa part de responsabilité dans cette stupide affaire, comme d’autres l’ont fait en interne avec honnêteté et dignité. La feuille de match électronique aurait pu venir au secours de cette faute d’inattention en signalant l’anomalie ; ce ne fut pas le cas. Si incontestablement il n’y a pas eu volonté de tricher, il reste l’erreur qui est sanctionnable et donc logiquement sanctionnée et, face à la décision officielle tombée vendredi  30, le club ne fera pas appel parce qu’il reconnait sa faute.

     Dès le lundi, les joueuses ont été, à l’entraînement, les premières informées. Logiquement déçues et attristées, ces compétitrices dans l’âme se sont montrées dignes et courageuses en affirmant qu’elles ne lâcheraient rien dans les objectifs fixés. La saison étant encore bien longue, il peut se passer beaucoup de choses, même si aujourd’hui l’équipe n’a plus son destin entre les mains. La belle victoire 31-23 à LA GARDE de ce samedi prouve son excellent état d’esprit et sa grande motivation…Les pouzinoises restent cependant toujours à 4 points du leader qui, lui, a gagné sans jouer puisque MIOS-BIGANOS-BEGLES ne s’est pas déplacé en terre marseillaise.

     L’erreur est donc humaine, mais elle pointe quand même  quelques lacunes structurelles importantes qu’il faudra vite gommer et combler si le club veut goûter le niveau supérieur. Il est difficile pour la poignée de dirigeants mobilisés d’être au four et au moulin. Appel est donc lancé aux bonnes volontés positives pour venir étayer et solidifier ce bel édifice.

Les co-présidents

Jacques Mège et Stéphane Dupré

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !